Poèsie d'aujourd'hui


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ton mouchoir couleur indigo.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kathleen
Plume d'ange
avatar

Nombre de messages : 635
Date d'inscription : 17/01/2006

MessageSujet: Ton mouchoir couleur indigo.   Mar 17 Jan - 15:05

Je le porte à mon nez. Il ne sent pas bon pour mon voisin, mais moi je l'adore. Car il garde ton parfum. Moi, je le sens derrière cette odeur de Détraqueur, de misère et de douleur. Ton parfum, il est là, je le connais depuis vingt ans. Il n'a pas changé, tu ne changeras pas, je te connais bien trop pour ça. Les épreuves ne t'ont jamais affolée, tu as toujours été droite et tu affrontais l'adversité. Tu t'en rappelles, pas vrai ! Tous ces évènements que nous avons affrontés ensemble, depuis que nous nous connaissons. Tu te souviens de tout ? Te souviens-tu de notre première rencontre ? Moi je ne l'oublierai pas. Même les Détraqueurs ne me l'enlèveront pas. Tout est en moi et ça y restera à jamais. Je me souviens.
J'étais sur le Chemin de Traverse avec James. Je venais de le rencontrer. Nous étions déjà les meilleurs amis du monde avant même de commencer les 400 coups. Incroyable, nous étions deux déjà en un. Nous sommes rentrés dans le train, nous nous sommes retrouvés avec deux autres jeunes. Ils se sont présentés. Remus Lupin avait un air de premier de la classe. Ca m'ennuyait mais j'allais découvrir que les règlements, il savait les outrepasser. A côté de lui, il y avait Peter Pettigrow. Lui, il avait besoin d'amis pour le protéger. Mon coeur s'est fendu pour lui dès que l'ai vu attaqué par Malefoy. Nous étions à peine à quatre que nos cœurs se sont trouvés. Nous étions déjà inséparables. Queudver, Patmol, Lunard et Cornedrue, les Maraudeurs avant l'heure.
Et soudain, deux filles sont entrées. J'ai vu le regard de James, j'ai rigolé. Car tu étais avec Lily, ma chère Lily Evans qui a tant fait fondre le cœur de James. Je me souviens de tout. Je t'ai souri. J'étais le gars le plus côté chez les filles. Tu t'en fichais. Tu m'as dédaignée. Et Lily a froncé le nez sur cet imbécile de Cornedrue. Vous êtes parties. Nous sommes arrivés et on nous a fait traverser le lac. Vous étiez devant nous et James voulait attirer l'attention de Lily, il a retourné votre barque. Tu te rappelles ma chérie, vous avez eu si froid ? Mais quand j'ai vu le regard que tu m'as jeté, j'aurais voulu en pleurer. Pourquoi, ma chérie, ma fleur, m'as-tu fait cet effet là la première fois ? Moi-même je ne le sais pas. Toi et Lily vous êtes revenues sèches après la Répartition. On vous a réparties en dernier et, te rappelles-tu ?, quand vous avez été envoyées à Gryffondor, tu t'es mis le plus loin possible de nous, mon cœur, tu voulais t'éloigner de moi. Mais quand tu es partie, tu t'es essuyée le front de ce mouchoir et tu l'as laissé tomber par accident. Je l'ai ramassé et me suis noyé dedans. Il respirait ton odeur, toi. Ton mouchoir couleur indigo.
Le lendemain, j'ai voulu te rendre. Je me rappelle ta voix fluette, ta si belle voix, si douce qui m'a dit : "Je te l'offre, garde-le !"
J'étais ravi. Ce n'était qu'un mouchoir, mais ce mouchoir que je tiens contre moi et avec lequel je dors désormais est mon seul souvenir de toi. Ton premier cadeau. J'en eus encore plus d'émotion quand, en parlant avec Lily pour aider James, j'appris que ce mouchoir, tu le tenais d'une grand-mère décédée que tu aimais beaucoup. Ce cadeau, ce premier cadeau m'incluait déjà dans ta vie. Je t'ai aimé ce jour là, mon amour.
Un an a passé, je t'ai fait des avances, mais à cause de Lily et James, tu m'as dédaigné. Et puis, j'ai eu une épreuve d'amitié. J'ai su que Remus était un loup-garou. J'ai du l'aider. C'est là que j'ai commencé à tester mes pouvoirs en devenant un Animagus. Mais nous avons réussi. Je suis devenu un gros chien. Ce secret que tu as fini par partager, ma puce. Mais on n'a pas pour autant arrêté les sottises. On t'a fait courir cette année là, ma pauvre chérie. Je me souviens encore quand James et moi avons volé cet essaim de guêpes. Nous l'avons recouverts de Potion d'Enervement par erreur. Si tu n'avais pas été là, toi et Lily, James et moi serions morts. Mais vous ne nous avez pas laissé tomber les filles. Et je t'aime pour ça aussi.
La troisième année fut encore pleine de surprise pour nous ma chérie, et je me souviens quand tu as créé ce club pour nous défendre. Nous l'avions appelé le AM pour Anti-Mangemorts. Je ris encore à ce souvenir. Moi et James nous étions inscrits pour vos beaux yeux les filles, et Remus et Peter pour nous suivre à leur habitude. Mais chaque semaine, je ne rêvais que de ça, de notre entraînement où je pourrai te voir. James et moi, bien sûr, n'avions aucun mal à réussir tout ce que tu nous apprenais. Mais j'ai été fier de constater que tu avais réussi à apprendre à Peter des choses qu'il n'avait jamais su faire en cours. Et je t'aimais de jour en jour un peu plus. Mais un jour, tout s'est corsé. Et grâce à notre groupe, nous avons repoussé une attaque de Mangemorts qui voulaient s'en prendre à Poudlard. Je me souviens, mon cœur, de la fierté qui t'animait quand le petit groupe que tu avais monté contre l'ennemi est arrivé devant le château. Tous ces Mangemorts, vêtus de noir, et si sombre face à nous. Et nous qui n'avions pas peurs, ni moi le grand Sirius Black que tous considéraient comme infaillible, ni le si courageux James Potter, ni la si intelligente Lily Evans, ni le pauvre petit Peter Pettigrow, ni toi, la plus puissante. Nous avons tous lancé le sort d'un même geste, tous ensemble, comme d'une même et seule main, mais ce fut des dizaines de sorts qui partirent dans tous les sens et mirent en déroute les Mangemorts. Et nous, mon ange, qui nous battions côte à côte, t'en souviens-tu ? Moi comme si je le vivais. Les Mangemorts sont partis et même Peter en a battu un. J'étais si fier de ce que nous avions accompli… grâce à toi.
Notre Quatrième année, mon cœur, fut aussi mouvementée, car tu sauvas aussi l'école à l'occasion, mais ce fut une victoire moins importante que celle de notre troisième année. Et ça ne me marqua pas, enfin pas autant que le bond de notre relation. Cela faisait longtemps et je voyais bien que tu commençais à m'aimer bien plus que tu n'osais le dire. Mais, je ne pouvais rien te dire en face, tu te serais braquée, alors j'ai cherché à savoir. J'ai fait exprès d'oublier mon porte-documents en cours. Bien sûr, tu l'as vu, et tu l'as ouvert pour savoir à qui il était. Et tu l'as vu. Car à l'intérieur de ce porte-documents, je gardais toujours le premier cadeau que tu m'avais fait, ma douce prunelle. Et tu l'as vu, et tu l'as regardé, et tu l'as pris, et tu l'as senti, et tu as souri, et tu as rougi. Puis je t'ai vu le passer sur toi. Tu y as mis ton odeur une nouvelle fois. Et tu l'as remis en place. Puis, tu as pris le porte-document et tu t'es apprêtée à sortir. Je me suis enfui. Je ne voulais pas que tu me voies. Je ne voulais pas te surprendre. Je voulais que tu me le rendes de toi-même. Ton mouchoir couleur indigo.
Et puis ça a continué. Et la Cinquième année est vite arrivée. Cette année a aussi vu un magnifique coup de ta part concernant l'école, mais ça n'a pas été ce qui m'a marqué, loin de là. Pendant cinq années, j'ai essayé de te montrer que je t'aimais. Mais tu n'avais jamais rien relevé, jamais. Et ce jour là, je me souviendrai toujours, tu es venue, timidement dans le dortoir des garçons. "Sirius ?" "Oui, qu'est-ce qu'il y a ?" "Je sais que tu es très aimé de ces dames, alors tu dois avoir eu pleins de demandes, mais je me demandais si tu accepterais de te rendre avec moi à la sortie de Pré-au-Lard." Oh, ma douce fleur, mon petit cœur, cette demande de ta part, tout ce que j'espérais depuis cinq ans, bien sûr que je l'ai accepté, sans hésiter. Si tu savais comme je stressais juste avant la sortie de me dire que quelques heures plus tard, j'allais être à tes côtés aux Trois Balais et que nous serions ensemble, ensemble. Je me suis préparé, avec James, il riait de me voir si anxieux. J'avais peur, mon cœur, je ne voulais pas t'éloigner de moi, je voulais t'aimer. Je t'aimais. Et pour te le prouver, ce jour là, mes cheveux seraient coiffés avec… Ton mouchoir couleur indigo.
Je me souviens de ton sourire. Tu m'attendais pour partir. Mais la première chose que tu m'as dite m'a touchée. Tu m'as dit "Sirius, aujourd'hui, ce que j'aime le plus chez toi, ce sont tes cheveux." Comment pouvais-tu mieux me faire comprendre que tu avais vu mon geste et que tu l'avais aimé. Je ne t'en ai aimé que plus, mon trésor.
Le temps a passé, notre amour a subsisté. Et tu m'as offert en Sixième année, le plus précieux de tous tes cadeaux, notre première petite fille. Je me souviens, tu disais que tout le monde saurait que c'était ta fille, et que tu voulais qu'elle ait quelque chose de moi. Tu avais raison, elle te ressemblait beaucoup. Comme toi, elle était blonde avec deux grands yeux bleus qu'on adorait tout de suite. Elle était ta fille et tu lui as donné quelque chose de moi. Tu lui as donné mon nom. Siria. Siria Black, voilà le nom de notre fille, mon cœur. Tes parents ont été compréhensifs. Ils me connaissaient depuis un an, ils n'ont pas hésité à se charger de notre petite fille pendant l'année où nous achevions nos études. Notre bébé, nous le voyions pendant les vacances. Ton cadeau, ma fille, ma Siria.
Encore une année passée, la même souffrance pour toi. Siria ne fut que la première mais l'année suivante tu m'as offert un second trésor. Aussi semblable à moi que Siria l'était à toi, notre petite Lily est née en mai de notre Septième année à Poudlard A deux mois près, ta grossesse se fit en même temps que celle de Lily. James et Lily allaient mettre au monde notre filleul, tu te rappelles, ma douce ? Et c'est bien pour ça que notre seconde fille a pris le nom de Lily. Ma colombe, j'étais si fier, même si ma petite brunette allait devoir rejoindre sa sœur pour quelques mois. James et Lily ont eu plus de chances. Harry est né en Juillet. Ils ont tranquillement pu attendre la fin de leur année, se marier et donner naissance à Harry.
C'est là qu'a débuté un moment de vrai bonheur, mon amour. Te souviens-tu de ces bons moments passés en familles ? Nous étions tous les quatre, heureux enfin et à jamais. Un an a passé et ce "à jamais" dut se transformer. Lily et Harry avaient un an ma douce, et tu te souviens, James et Lily craignaient pour leur vie. Ils voulaient se cacher sous le couvert d'un Gardien du Secret, moi. Mais nous avons changé d'avis, même toi tu l'ignorais. Peter est devenu leur Gardien du Secret et ce sale rat visqueux les a trahi. Tu t'en souviens, n'est-ce pas ? Ils savaient leur heure venue. Ils le sentaient. Mais quand ce monstre les a trouvés, c'est moi qu'on a accusé de trahison, moi pas Peter.
Et j'ai été enfermé à Azkaban, voilà treize ans, mon cœur. Mais je sais que toi, tu me fais confiance et que tu m'aimes. Je sais que tu as toujours su que j'étais innocent. Et toi qu'es-tu devenu, mon trésor ? Peu après mon arrivée, j'ai entendu des rumeurs provenant des prisonniers qui m'ont suivi dans la prison. Des rumeurs selon lesquelles tu avais protégé et caché les filles pour ne pas qu'on les retrouve. Je suis fier de toi. Mais toi, toi, où es-tu ? Les rumeurs prétendent que ce serpent visqueux t'aurait faite prisonnière. Ma chérie, es-tu entre les mains de ce monstre ? Ma pauvre chérie, je te promets que si c'est bien vrai, je te sortirai de ses griffes, oui, je te le jure.
Les treize années qui ont suivies ont été communes. Jour après jour, tout se ressemblait, jusqu'à il y a quelques jours. J'ai lu le journal et là je l'ai vu ! Je l'ai vu, mon cœur, le traître ! Il est à Poudlard. Il est déguisé en rat, ce sale traître mais moi je l'ai reconnu. Il est là bas auprès de notre filleul, ma puce, auprès de ses amis. Je ne le laisserai pas lui faire du mal, je te le jure. Ce soir, je vais partir de cet endroit monstrueux et aller protéger dignement mon filleul. Je te promets de venir te chercher si tu es encore en vie, alors attends-moi et résiste.
Ca y est, c'est le moment je sors en chien. Les Détraqueurs ne me voient pas, je ne suis qu'un chien. Je sors, timidement, et quand je suis sorti, je contemple l'étendue d'eau qui entoure la prison. En bon chien, je m'élance et nage jusqu'à la rive opposée, que j'atteins en très peu de temps. Je sors. Je m'ébroue. Fini de rire, Peter, tu vas me payer ce que tu m'as fait, ce que tu as fait à mon frère de cœur. Je cours, je galope. Je fonce vers Poudlard où je trouverai le traître et où je le détruirai. Il est temps d'en finir. Je fonce, m'élançant de toute la force de mes pattes douces de chien, mais je ne t'oublie pas, mon Ania, car flotte, attaché à ma patte, voletant au gré du vent, ton premier cadeau. Ton mouchoir couleur indigo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ton mouchoir couleur indigo.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] ZUMA (v1.50) : Un jeu de combinaison de boules de couleur [Payant]
» [RÉSOLU] Remplacer une couleur
» (Crayons de couleur)Crayons de couleurs...
» Comment laisser une seule partie de couleur ???
» [AIDE] Couleur d'écran tire vers le jaune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poèsie d'aujourd'hui :: Espace membres :: Espace Kathleen :: Histoires/fics-
Sauter vers: